En direct ou presque…

Jour 6
Vendredi 1 mars
Ski : Parcours au Club de ski de fond les Éclairs de Gaspé
Raquette : Randonnée à Gaspé
Meteo_Soleil
-4°C
Vent: OSO 20 km/h
Humidité: 76%
Pression: 103 kPa +

Avec pas de blizzard ! Même pas un flocon à l’horizon ! Juste un magnifique soleil dans un ciel « plus bleu, que le bleu de tes yeux, il n’y a rien de mieux ».

Journée parfaite où on éprouvait toutes sortes de sentiments contradictoires ; fierté d’avoir skié et raquetté tous ces kilomètres, d’avoir bravé (et vaincu) toutes ces montées, d’avoir su rester debout (ou presque… il parait que Sébastien St-Hilaire se mérite la médaille des chutes les plus spectaculaires en descente) en descendant de belles côtes, et d’avoir surmonté l’ «épreuve» des planchers de danse survoltés de DJ Mom (certains participants ont avoué avoir des courbatures d’avoir trop dansé).

Ce qui répond à l’éternelle question ; « faut-il être un athlète pour survivre à la tdlg » ?

Eh bien oui !

Entre le fartage avant le café, le « je fais mes bagages, je défais mes bagages, zut, j’ai oublié ma tuque préférée au fond de mes bagages, je dois tout redéfaire, et maudite affaire, tout refaire en un temps record » (sport extrême), le parcours du combattant pour se rendre à la ô combien méritée bière du soir (espoir), la course folle vers l’autobus qui s’en va (il y en a un qui cherchait sa tuque, que voulez-vous), les sprints dans le bois pour s’éloigner à la pause pipi, les autres sprints pour rattraper le groupe (ils ont des vessies en titane ou quoi ?), monter les escaliers à la volée pour ne pas rater les étirements de la belle (et bonne) Nancy Gauthier, se précipiter pour la douche, se contorsionner façon « Cirque du Soleil » pour enfiler des vêtements à peu près secs, et perfectionner ses talents d’équilibriste en tentant de se diriger vers une table avec une soupe, une assiette pleine (le grand air, ça creuse), et un gros bout de miche d’Emmanuel Bilodeau !

Sans rien renverser.

Ensuite, on applaudissait les performances de nos prodigieux animateurs, et talents divers, et on sautait sur place façon « pogo » sur du Rita Mitsouko ou en chantant à plein poumons que « tonight’s gonna be a good good night ».

Et à travers tout ça – léger détail – on est aussi des champions de ski et de raquettes.

Donc oui, il faut être un athlète olympique pour survivre à la TDLG ! Et sans substances dopantes en plus !

La Radoune ? Ça compte pas.

Ce long détour pour éviter de devoir affronter la boule d’émotion qui vient avec le fait de devoir raconter la dernière journée…

On a skié. On a raquetté. Et puis, tout le monde s’est rejoint devant la baie de Gaspé pour la Traversée finale avant d’arriver au site Berceau du Canada.

Quelques minutes avant les participants de la TDLG, les enfants de Gaspé ont suivi un géant pour traverser eux aussi la baie…  Il fallait voir Laurent animer la foule des petits participants, puisant dans les tactiques de la NFL, dans les chorégraphies dignes de cours d’aérobie des années 80, et de phrases de motivation choc !

C’est que les petits n’étaient pas chaussés de raquette, et que sous l’effet de la marée, on « callait » parfois jusqu’aux cuisses dans la neige épaisse, la slush et l’eau. Qu’importe !

Laurent scandait ; « les enfants, on n’est pas faits en quoi » ?

Et ils répondaient en chœur, survoltés ; « on n’est pas fait en chocolat » !

Tout le monde s’est retrouvé à Berceau du Canada pour célébrer cette semaine pleine de péripéties (ça prend absolument des péripéties, sinon c’est pas une vraie TDLG), de rencontres magiques, de moments mémorables, et de météo révélatrice des guerriers que nous sommes.

Tire d’érable, guimauves, chocolat chaud, on s’est bourré de sucre avant de manger la légendaire poutine aux crevettes du « Brise » rue de la Reine, de se doucher en vitesse, et de revêtir nos plus beaux atours « western » pour le party de clôture à la polyvalent C.E. Pouliot.

Danse en ligne, musique du band Route 66, DJ Mom (la meilleure), tirage, encan endiablé mené de main de maitre par Laurent (ça parait qu’il joue en ligne offensive, il sait faire monter ça, des enchères).

On a mangé country, dansé country, et la reine du country, notre porte-parole Sophie Faucher nous a animé ça comme elle sait si bien le faire, entre drôlerie et émotion.

ON A MANGÉ
Menu Country duBistro-Bar le Brise-Bise – Chef Elsa Roda

La Côte levée à la Pit Caribou Rousse – Sauce au Jack Daniel du dangereux Cowboy Ching Le Pilon de poulet BBQ de Billy the Kid
Filet de truite Raymer Aquaculture laqué L’Érablière Saint-Gabriel au Gin Radoune O’Dwyer Distillerie Gaspésienne et aux petits fruits du bon, de la brute et du Truand

Bravo Elsa!

ON A DANSÉ
Des talents de « danseurs en ligne » se sont révélés au grand jour!

Josée Blanchette et Caroline St-Hilaire se sont démarquées du lot dans un numéro qu’on aurait cru chorégraphié à Nashville. Elles étaient déchainées!

CLIN D’ŒIL
À tous nos commanditaires, nos animateurs, nos talents, nos chefs, notre grande manitou Claudine Roy, nos journalistes, chroniqueurs, motoneigistes, médecins, infirmières, physio-thérapeuthes, masso-thérapeute (c’est Félix, ça), hôteliers, chauffeurs, bénévoles de toutes les autres « tâches connexes », maires, députés, ministres (celle qui raquette en plus d’embrasser chaleureusement les participants à leur descente d’autobus se reconnaitra), aubergistes, ouvreurs de piste, fermeurs de piste (pour les « contemplatifs »), guides, clowns (on ne donnera pas de noms), chauffeurs d’autobus, footballeur, organisatrice en chef de la vie de soir (c’est toi, ça Maïté), frères et sœurs qui ont donné des coups de main, poseurs de « plasters », guides, sherpas (ils se reconnaitront), et enfin, aux filles du bureau de la TDLG qui se sont données, démenées, surpassées, dans la patience et le dévouement pour le bien être des participants, alors que les nuits étaient courtes, et les journées longues.

Et puis, un énorme clin d’œil à vous, les participants, sans qui aucune magie ne serait possible. Ni même imaginable. Vous, si généreux de vos rires, de vos enthousiasmes, de votre énergie. Vous, toujours prêts à repartir sur les pistes, la face constellée de « tape » à engelures, le sourire radieux dans l’effort, le blizzard, les vents de face sur les Vallières.

On dit que les montagnes ont parfois fait résonner l’écho de quelques jurons bien sentis… Mais ce qui se sacre à la tdlg reste à la tdlg.

On vous aime.

Shooter du jour
La Pomme Chaude

Ingrédients
4 tasses de cidre de pomme (Mystique)
1 Pomme tranchée
1 Orange tranchée
2 Tranches de Gingembre
3 Bâtons de canelle
1 cuillère à thé de Piments de la Jamaïque
(Chauffer à feu doux pendant 15 minutes, sans bouillir)

À boire avec vos mitaines en appréciant
vos belles rencontres de la Grande Traversée!

En collaboration avec le programme de photographie du Cégep de Matane

Nos partenaires

  • FMBM_partenaires_gris
  • Bellemare_partenaires_gris
cbilodeauTDLG hivernale | Jour 6 – 1 mars 2019