• 180923CHRLS_0022_Slide

    Automne_2020_Fr

  • Cardio Plein air Fr

En direct ou presque…

Jour 3
Mardi 25 février
Murdochville sur le chemin du Parc national de la Gaspésie
Ski : 22,9 km | Raquette : 11,4 km

3°C
Vent E 13 km/h
Humidité: 74%
Pression: 102 kPa 

LA MÉTÉO
Encore une fois d’une douceur presque printanière, empreinte d’une humidité qui diffusait la lumière et lui donnait une texture laiteuse, façon lait 1% dans un thé Earl Grey.

(Ben quoi, on a des photographes comme invités, on se force pour donner des qualificatifs à la lumière)!

LES PARCOURS
Sur les anciennes routes des mines de Murdochville, les Mont Porphyre et Miller, il n’y avait ni skieurs, ni raquetteurs.

Que d’ingénieux Hidalgo en skis à écailles et en raquettes à crampons, valeureux Don Quichotte en quête de moulins à vent et d’éoliennes fantasques, sculptures mouvantes du ciel gaspésien.

LA TRADITION
La première bière au bar du Gite du Mont-Albert! Son atrium invitant, sa vue spectaculaire sur les Chic Chocs donnent à chacun le sentiment d’être dans un chalet intime même quand on est 250…

LA MINUTE HISTORIQUE
En 1921, les frères Miller découvrent du minerai de cuivre dans la région. En 1938, la Noranda Mines achète la concession des frères Miller. Dans les années 1940, la compagnie mena des travaux de sondage. Finalement, en 1951, la compagnie minière annonçe que cette découverte a un potentiel de 65 millions de tonnes de minerai et entame les travaux pour aménager les infrastructures minières. C’est ainsi que la Gaspé Copper Mines, une filiale de la Noranda Mines, dépose une requête auprès de la législature du Québec pour l’établissement d’une ville.

Le 15 juillet 1953, la création de la ville de Murdochville est officialisée, et décembre voit sa première coulée de cuivre.

Théâtre d’une grève qui a marqué l’histoire du Québec, de la découverte d’une maladie industrielle, la Bérylliose, prisonnière de sa situation géographique parce qu’enclavée au cœur de la péninsule gaspésienne, Murdochville est un exemple de résilience et de combativité.

Malgré les sombres pronostics, la ville refuse de mourir.  Dans la dernière décennie, grâce à la fougue et à l’audace de jeunes entrepreneurs comme Guillaume Molaison, la ville renait de ses cendres et devient le paradis du ski hors-piste de l’est de l’Amérique.

LE MOMENT LUMINEUX DU JOUR
L’exceptionnelle table ronde avec tous les lumineux, animée par une Anaïs Barbeau-Lavalette qui débarquait de Berlin où elle venait de présenter son dernier film : « La Déesse des mouches à feu ».

Chacun des invités s’est livré avec générosité, racontant qui une anecdote « qui nous fait voir la vie autrement », qui sa façon de travailler, ou encore son processus créatif.

La soirée s’est terminée sur une demande spéciale aux participants; trouver un qualificatif pour la lumière des parcours du lendemain.

Serons-nous éclairés ce soir par leurs trouvailles? On a hâte!

AU MENU CE SOIR
Le chef Jean-Alexandre Dubé au Gite du Mont-Albert nous a régalé, encore une fois; tartare de cerf, salade de concombre au feta, crème de poireaux, poitrine de dinde aux pimbinas et canneberge, omble chevalier sauce vierge au wakame gaspésien, légumes grillés et lentilles beluga.

Le feuilleté à l’érable était une véritable ode à la décadence, et au stupre.

Et c’est les papilles comblées qu’on s’est effondrés sur l’oreiller!

Producteurs du regroupement Gaspésie Gourmande du jour : Un océan de Saveurs inc.

Galerie photos

En collaboration avec le programme de photographie du CEGEP de Matane

cbilodeauTDLG Hiver 2020 | Jour 3 | Mardi 25 février