• 00_SlideShow_2020_Automne_Fr

    Automne_2020_Fr

  • Cardio Plein air Fr

En direct ou presque…

Jour 2
Lundi 24 février
Le Rocher Percé
Ski : 31,1 km | Raquette : 12,8 km

3°C
Vent E 6 km/h
Humidité: 80%
Pression: 99,9 kPa +

LA MÉTÉO
Romantique et vaporeuse.

On a commencé par un temps printanier, et au soleil, et puis, tout à coup, comme une saute d’humeur vaguement mélancolique, la brume s’est mise de la partie, et a transformé le bord de mer en paysage digne de la « Maitresse du Patient anglais ». Il ne manquait que Meryl Streep, et un bel homme en uniforme.

Il est à noter que les raquetteurs, EUX, ont eu le temps de monter jusqu’à la plate-forme du Géoparc pour admirer le Rocher en plein soleil, juste avant que le brouillard se mette de la partie.

Quand aux skieurs, le temps qu’ils arrivent dans les hauteurs pour avoir leur vue sur Ze Rocher, la purée de pois leur était tombée dessus.

Ben pour dire que leur fartage était clairement pas adapté.

LES PARCOURS
Le Barachois, le Barachois, le Barachois. Ce sont nos Bermudes, nos Bahamas, nos plages de sable blanc (ô combien blanc). Les skieurs ont glissé le long des golfs clairs, fait danser la mer (pas celle de Trenet, l’autre, la gaspésienne), et Jane B a susurré; « tu es la vague, et moi l’île nue ».

Bref, saoulés de poésie, nos fabuleux fondeurs ont pris un break au Coin du Banc, où parait-il, deux hurluberlues pêchaient des coquillages sur des échasses. Ils ont vraiment les meilleurs champignons magiques en Gaspésie.

Les raquetteurs, eux, sont montés à l’assaut du Mont Saint-Anne, se sont fait aller le Windex sur la plate-forme vitrée en haut du Géoparc, se sont pris pour Gandalf dans la forêt magique, et on eut droit à plus de belvédères aux points de vue spectaculaires qu’Instagram est capable d’en supporter.

Il parait d’ailleurs qu’il ne s’est toujours pas remis de l’avalanche de hashtag #tdlg…

Faut-il le répéter, au risque de frotter les plaies des skieurs au gros sel? Allons-y, risquons, la vie est si courte. Les raquetteurs ont eu LA vue sur le Rocher, et les skieurs ont vu… le derrière du skieur devant eux.

Chacun son horizon.

Nous en profitons pour remercier Marie-Claude Costisella du Géoparc de Percé pour l’accueil moelleux, le spa bouillonnant, et les serviettes chaudes. L’hospitalité gaspésienne a encore prouvé qu’elle bat des records mondiaux, et jamais de toute l’histoire des Traversées, on n’a vu autant de filles entrer dans un chalet en vêtements de ski, et en ressortir en bikinis.

Quand on vous dit que les champignons sont plus magiques qu’ailleurs…

LA TRADITION
Quand la TDLG vient à Percé, on finit ça chez Pit, avec de la grosse musique, une game de pool et de la délicieuse bière du Pub Pit Caribou, l’endroit le plus « chill » et « hip » de toute la péninsule. Certains disent que ça bat le Mile End.

Ça finit bien une journée de plein air, et ça te commence un apéro sur un moyen temps (qui s’est un peu étiré…)

LA NOUVELLE TRADITION
On a vu une ministre se taper 32 km de ski sans gardes du corps, se faire des ampoules grosses comme la Terre de Baffin, et couvrir ses belles bottines blanches de sang.

Chez les Helvètes, on garroche le monde dans le lac s’ils échappent leur bout de pain dans la fondue.

En Gaspésie, celui qui pète ses ampoules en skiant paie le vin. La ministre (à qui on n’a jamais dit qu’elle inaugurait une nouvelle tradition) a payé son dû d’ampoules.

C’était un excellent Bordeaux.

LE MOMENT LUMINEUX DU JOUR
Sans doute inspirés par les flots de bière du Pit, on a eu droit à un deux pour un.

Le moment lumineux de Caroline Hayeur ( qui fait macérer du champignon gaspésien dans sa gourde) était un hommage à Bambi, à la chèvre de Monsieur Séguin, et à Pocahontas avec une raquetteuse rose aux longs cheveux noirs qui sautillait dans le sentier, gracieuse et virevoltante. Un genre de petite démone bionique.

L’autre moment lumineux nous a été offert par Philippe Lavalette, à la frontière entre le Mali et le Burkina Faso, dans la lumière rouge de la terre africaine, et impliquait des tractations louches entre un voleurs de sons, un voleur d’images et un douanier Rousseau qui tenait mordicus à leur faire payer ce traffic illicite de son et lumière.

On a voulu le punch, on l’a eu; nos voleurs ont payé!

On en profite pour vous demander si votre œil s’est aiguisé depuis que vous les fréquentez ou si l’essentiel de votre capacité à prendre des décisions est consacré à choisir votre couleur de cire à farter?

AU MENU CE SOIR
La Maison du Pêcheur, ouverte spécialement pour nous TDELGIENS raffinés, nous a offert le meilleur de sa table; velouté de patates douces et oignon rôti, osso bucco, farfalles, et gâteau au chocolat Christine et son coulis de caramel salé.

Inutile de vous dire que ça roupillait ferme dans les autobus qui nous ont ramené à Gaspé!

Producteurs du regroupement Gaspésie Gourmande du jour : Raymer aquaculture Gaspé

Galerie photos

En collaboration avec le programme de photographie du CEGEP de Matane

cbilodeauTDLG Hiver 2020 | Jour 2 | Lundi 24 février