En direct ou presque…

Jour 1
Dimanche 22 septembre
Matane : Des fées et du vin
Distance : 22 km | Dénivelé : 700 m
25°C
Vent: OSO 35 km/h
Humidité: 54%
Pression: 101.5 kPa +

« it’s not an adventure until something goes wrong » a déjà dit Yvon Chouinard, le PDG des vêtements de plein air Patagonia (et il s’y connait en aventures de plein air).

LIEU
La Matanie nous attendait, frétillante et généreuse. Nous avons quitté le Riotel en autobus, en direction du chemin du peintre, les éoliennes en fond d’écran. Au Lac Adèle, ainsi baptisé en l’honneur de la petite dernière de Katia Chapoutier (la fille qui a vu la fille qui a vu l’ours), la compagnie a fait des réchauffements, et nous étions prêts à décoller!

LA MÉTÉO
Soleil du matin, entrain! Nous sommes partis sous un soleil radieux, chaud comme en été, indulgent comme en septembre. Quelque part après l’arrêt à la grotte, une petite ondée, bien tiède, nous est tombée dessus. À peine rafraichissante.

LES SENTIERS
Après un cul de sac devant une roulotte abandonnée qui a suscité bien des interrogations quant à la teneur de ce qui pouvait s’y passer ( ce qui se passe en Gaspésie reste en Gaspésie), et une impasse qui a fait « revirer » tout le monde sur un dix cenne pour faire demi-tour, il a bien fallu se rendre à l’évidence; les fées de la grotte s’étaient amusées à nos dépends en enlevant toutes les balises!

Heureusement, nos guides n’ont pas été leurré longtemps, et nous avons été très vite sur le droit sentier où nous avons pu entamer le premier 6.5km qui mène à la Grotte des Fées. Elles nous épiaient, bien cachées dans la forêt, hilares de nos déboires. Bon, bon, bon, les fées, on se calme.

Des sandwichs furent mangés, des gourdes vidées, et ragaillardis, nous sommes repartis par monts et par veaux. On a croisé quelques quatre roues, trois faux chasseurs qui nous ont arrosé d’un liquide censé anéantir nos odeurs (hum, raté), et après de bienheureux kilomètres champêtres dans les champs de blé, on est arrivés dans les vignobles Carpinteri.

S’ensuivit un produit dérivé de la vigne communément appelé « vin ».

Comme on dit en Matanie; ça rentrait au poste.

LA PHRASE MÉMORABLE DU JOUR
Julie (pleurant de rire devant une élucubration de Roxanne Bouchard l’inimitable); « Cou’donc, je pensais que c’était plate des écrivains »!

Ben non ma Julie, ben non, les écrivains sont bourrés d’amis imaginaires, sont ben de party!

En collaboration avec le programme de photographie du Cégep de Matane

Nos partenaires

  • FMBM_partenaires_gris
cbilodeauTDLG Automne | Dimanche 22 septembre 2019