En direct ou presque…

Jour 6
Vendredi 28 septembre
Le tour du Bout du monde (22,2 km)
Parcours contemplatif : Bout du monde (8 km)

Meteo_Nuageux
8°C
Vent: O 15 km/h rafale à 21
Humidité: 72%
Pression: 97,8 kPa +

Dernier jour…

Au Café de l’Anse qui nous accueille pour le petit déjeuner avant le départ, le temps est gris, un brin mélancolique. Quoi, la semaine est déjà finie? Impossible..

Sylvie met tout son cœur dans son accordéon pour nous faire oublier qu’on s’apprête à randonner pour la dernière fois tout le monde ensemble.

Nous. Ce magnifique groupe d’humains…

De tous les milieux, de tous les horizons, animés d’objectifs, de rêves et de désirs différents, et pourtant réunis par un geste que l’on fait depuis que l’homme s’est mis debout; marcher.

Mais avant, les baguettes en l’air, et l’énergie à la hauteur de son amour inconditionnel pour la Gaspésie, son pays, Claudine nous fait chanter. Et on chante! On chante!

Charles, notre super photographe « qui déteste être sur les photos » (le vlimeux) profite de l’ambiance de feu qui règne depuis que nos voix sont réunies pour prendre la photo de groupe. Une fois, deux fois, trois fois, ça y est, il « l’a » sa photo!

De quoi on aura l’air? D’une « terrib’ de belle gang », sans aucun doute.

Réunie par le même gout pour l’aventure, le même désir de retrouver la nature, et comme le dit si bien Nicoleta (l’une de nos randonneuses); « l’envie de mettre un pied devant l’autre et de faire confiance au chemin ».

Pour cette dernière journée, il ne pouvait y avoir mieux que ces 22.2 km dans le somptueux parc de Forillon, son Cap Bon Ami, ses sentiers verdoyants, son bout du monde balayé par les vents , et ses vues spectaculaires sur la baie de Gaspé.

D’autres sentiers sont plus exigeants, plus techniques, ils exigent de nous une attention de tous les instants. Ceux de Forillon nous bercent, indulgents, comme s’ils savaient que nous avions besoin de fixer l’horizon plutôt que nos pieds.

En plus, la faune s’était donné le mot; « dites les amis, les randonneurs de la TDLG sont ici, on va les épater ». Et ils l’ont fait! Perdrix, orignaux, phoques, maman ours et ses petits, goélands, rorquals à profusion (des tout petits et des énormes)… ils nous en ont mis plein la vue, et plein le cœur.

Sur les derniers kilomètres, avant d’arriver au magasin général de Hyman & Sons, à Grande Grave, on ralentissait le pas, pour en profiter encore un peu, pour emmagasiner du beau qui nous durerait toute l’année.

Quelques valeureux ont quitté leurs vêtements pour se jeter dans l’eau, glacée. Fin septembre, elle n’est pas froide, elle est frette en tabar *&?$!!!!  On n’est d’ailleurs pas certains de comment on a fait pour en sortir, tant on ne sentait plus nos jambes! Se baigner en bikini et garder sa tuque, ça se fait? Ça se fait.

Heureusement qu’il y avait la sollicitude de Lyne, notre fantastique infirmière, qui nous tendait des chaudes couvertures à la sortie de notre « bain boréal ».  Qu’il restait des shooters, et qu’une bonne âme avait parti un beau feu de « poële à bois » dans le petit chalet attenant.

On est repartis pour Gaspé réchauffés. Dans tous les sens du terme. Et fin prêts pour une torride soirée mexicaine à la polyvalente! Caramba, c’était quelque chose! Cuisine mexicaine de la chef Elsa Roda du Bistro-Bar Brise-Bise, encan, tirage du voyage Karavanier, dernière capsule de la Semelle Verte, et danse au son du JSL BAND, suivi de MONSIEUR NOKTURN!

À quoi reconnait-on qu’une fête est réussie?  Aux lendemains de veille quand le petit déjeuner a été « callé » ben de bonne heure pour que tout le monde soit dans l’autobus à 7H30 am!

Il y avait des petits teints un peu pâles, des yeux encore collés ben dur, et une marée de sourires ravis.

À la vie qui nous unit, et aux lendemains qui chantent encore aussi!

Allez, mes amours (comme dirait Claudine), on se dit à demain? À demain!

En collaboration avec le programme de photographie du Cégep de Matane

Nos partenaires

cbilodeauTDLG course et bottine | Jour 6 – 28 septembre 2018