En direct ou presque…

Jour 2
Lundi 24 septembre
Mont-Carleton (15,3 km)
Parcours contemplatif : Barachois de Carleton (5,1 km)

Meteo_Soleil
12°C
Vent: O 10 km/h rafale à 23
Humidité: 79%
Pression: 104,9 kPa +

Allons droit au punch, ce fut une journée parfaite.

Par-faite.

Météo parfaite, randonnée parfaite, compagnie parfaite. Quelqu’un, quelque part, aime les randonneurs de la TDLG parce qu’il (ou elle… si vous voulez notre avis, c’est une Claudine) s’est organisé avec le ciel – qui était d’un bleu lui aussi parfait – pour que nous vivions une journée de randonnée idéale.

Nous avions, encore une fois, pris un petit déjeuner digne de nos ancêtres; œufs, jambon, petites patates, tout pour alimenter le moteur du randonneur.

Nos adorables chauffeurs – merci Gilbert, merci Réal, merci Donatien – nous ont déposé à l’entrée du Mont Carleton avec qui nous avions rendez-vous. Pour plusieurs d’entre nous, le beau Carleton était une « blind-date ».

Il n’a pas déçu!

Après un départ en file indienne qui nous a un brin leurré en ralentissant le rythme, on s’est assez vite rendu compte que le beau Carleton avait décidé de nous mettre à l’épreuve en nous obligeant à partir à sa conquête sur presque 7 kilomètres de montée.

Abrupte.

Il voulait tester notre amour, le coquin. Bien joué, Carleton! On a grimpé, sué, grimpé encore, on a échappé quelques jurons (pas trop, juste quand il le fallait absolument), mais on l’a eu!

Il a eu raison de nous mettre à l’épreuve, parce qu’une fois au sommet, alors qu’il a bien vu que nous étions dignes de confiance, il s’est abandonné à nous et nous a offert ses plus beaux points de vue, à couper le souffle, sur la baie des Chaleurs dont le bleu de l’eau était caribéen jusqu’au Nouveau Brunswick.

Ensuite, il a bien fallu redescendre de notre nuage, mais c’était une belle et longue descente, toute en douceur… Il fallait voir les sourires ravis à l’arrivée, alors que Sylvie et Odette nous attendaient avec les shooters!

Frais douchés, on « randonne » ensuite jusqu’à la micro brasserie le Naufrageur, à Carleton, où le barman nous fait gouter les meilleures « broues » de la maison; la Léonne, la Doris, la Colborne, la Saint Barnabé, la West Coast, une Ipa au thé du Labrador, la Raccoon, la « Saison de la chasse », une Stout Impériale (yé), la Gose sur Mer, la Stout Cerise, la Coco Mango et une délicieuse Strawberry Fields. dont une coco mango délicieuse et estivale. Sur la terrasse, on savoure les derniers rayons de soleil encore chauds avant que l’automne s’installe. La vie est belle.

Le soir, le chef Philippe Allaire de l’Hostellerie Baie Bleue nous gâte encore; effilohé de porc sur oignons confits de la Ferme Bourdages, velouté de panais au chèvre Natibo, manchon de volaille farcie de champignons sauvages gaspésiens sauce fromage et accompagné d’un gratin dauphinois et de légumes régionaux sautés. Carleton nourri aussi bien ses randonneurs qu’elle les comble de paysages merveilleux, c’est dire si on a bien mangé!

Au dessert, juste avant la capsule (toujours géniale) concoctée par Éric et Marie de la Semelle Verte, Sophie Faucher et Claudine nous racontent leur voyage au Manitoba, entre le castor, la loutre, et Gabrielle Roy.  Autre défi de la journée, pleurer de rire en mangeant un gâteau au chocolat croustillant dans sa sauce épicée « Chaleur Baie ».

Mission réussie!

Une rumeur gaspésienne veut que cette journée parfaite se soit terminée par un beach party endiablé.

À la vie qui nous unit, et qui nous fait danser!

En collaboration avec le programme de photographie du Cégep de Matane

Nos partenaires

cbilodeauTDLG course et bottine | Jour 2 – 24 septembre 2018